CIVRAY

Situation : 63 km au sud de Poitiers par RN10 et D148 ou par D741 et D1.

 

 

Eglise Saint-Nicolas

Voici une des églises les "plus romanes" du département. Elle a été construite dans la seconde moitié du XIIème siècle. Ce qui frappe dès le premir regard est évidemment sa façade au décor très riche. Elle peut être considérée comme un exemple type de façade monumentale poitevine. Elle est encadrée de deux faisceaux de colonnes surmontées de lanternons à écailles.

On remarque deux niveaux de trois grandes arcatures de tailles sensiblement équivalentes (les arcatures supérieures étant moins hautes). Chaque niveau est surmonté d'une corniche de modillons reliés par de petites arcatures. Le portail occupe l'arcature inférieure centrale et, de chaque côté, les grandes arcatures aveugles sont elles-mêmes subdivisées en deux arcatures plus petites.

Le décor de cette façade est tellement faste qu'il est impossible de le décrire ici. Signalons simplement dans l'arcature supérieure gauche les vestiges d'un cavalier foulant aux pieds un petit personnage. Compte tenu de la détérioration de la sculpture, il est difficile de lui donner une interprétation. Ce cavalier, présent sur d'autres façades poitevines comme Saint-Hilaire de Melle (79), est communément censé représenter l'empereur Constantin , premier empereur romain à avoir soutenu l'Eglise. Le cavalier, ou du moins le cheval, peut aussi être interprété comme un symbole de mort.

Le tympan montre le christ dans une mandorle entourée d'anges. Les cinq voussures du portail illustrent des thèmes divers, dont le zodiaque sur la voussure externe.

A la jonction des voussures externes du portail et des grandes arcatures latérales, on observe, au dessus des chapiteaux, une figure grimaçante.

 

Le clocher octogonal se repère de loin. Il n'est pas sans rappeler la tour "Charlemagne" de Charroux.

 

A l'intérieur de l'église on remarquera la nef à collatéraux, l'abside et les absidioles. Le décor a été peint au XIXème siècle.

 

L'arrière de l'église est accessible par la droite. Le chevet est curieusement percé de trous carrés suggérant que l'église eut autrefois une fonction de pigeonnier ! La frise très simple reliant et surmontant les ouvertures adoucit son aspect.

 

Haut

Accueil EGLISES ROMANES